Science & Tech

des dizaines de civils évacués de l’usine d’Azovstal, certains «remis» à l’ONU

Publié le :

Le ministère russe de la Défense a annoncé ce dimanche 1er mai l’évacuation de quelque 80 civils du complexe métallurgique d’Azovstal à Marioupol, port assiégé dans le sud-est de l’Ukraine, et indiqué que ceux qui le voulaient avaient été « remis » à l’ONU et au CICR.

« Quatre-vingts civils, dont des femmes et des enfants (…) ont été secourus », a annoncé le ministère russe dans un communiqué, ajoutant que « ceux qui souhaitaient partir vers les zones contrôlées par le régime de Kiev ont été remis à des représentants de l’ONU et du Comité worldwide de la Croix-Rouge ».

Un peu plus tôt, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé que l’évacuation du website d’Azovstal avait « commencé » et qu’une centaine de civils se dirigeaient vers « le territoire contrôlé par l’Ukraine ». Leur vacation spot finale doit être Zaporijjia, grande ville ukrainienne située 200 kilomètres à l’ouest de Marioupol où ils seront accueillis demain, selon Volodymyr Zelensky.

Les civils évacués installés dans un camp à Bezimennoïé

La raison de l’écart entre le nombre d’évacués communiqué par la Russie et par le président ukrainien n’était pas claire dans l’immédiat, mais le ministère russe de la Défense avait déjà annoncé samedi que près de 50 civils étaient sortis d’Azovstal.

Des milliers de civils avaient pu quitter depuis le début de la guerre le 24 février Marioupol, ville portuaire peuplée avant la guerre d’un demi-million d’habitants et désormais sous contrôle russe après des semaines de bombardements qui l’ont presque entièrement détruite et on fait au moins 20 000 morts, selon les Ukrainiens. Mais c’est la première fois, après de multiples tentatives avortées malgré l’intercession de responsables étrangers et du pape François, que des civils retranchés dans le complexe d’Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne écrasée sous les bombes russes, peuvent en sortir.

Selon les agences de presse russes, les civils évacués de ce gigantesque complexe sidérurgique, où sont repliés les derniers combattants ukrainiens affrontant l’armée russe qui assiège Marioupol depuis début mars, ont été installés dans un camp de tentes à Bezimennoïé, ville sous contrôle russe à l’est de Marioupol.

Le ministère de la Défense a publié une vidéo des évacuations de dimanche montrant des civils arrivant en bus à Bezimennoïé, où ils étaient pris en cost par des représentants du CICR et de l’ONU sous l’œil de soldats russes.

► À écouter aussi : Ukraine: à Marioupol, une administration pro-russe se met peu à peu en place

(Avec AFP)

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.