Science & Tech

des dizaines de civils fuyant l’Est tués dans une frappe à la gare de Kramatorsk

Publié le :

Moscou dément être à l’origine des tirs, l’Union européenne condamne fermement. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce un « mal sans limite » après l’attaque à la roquette ce vendredi matin 8 avril sur la gare de Kramatorsk, dans l’est de l’Ukraine. Une attaque qui a fait au moins 39 morts et une centaine de blessés. Un bilan qui pourrait encore s’alourdir.

Avec nos envoyés spéciaux sur la route de Kramatorsk, Marie Normand et Julien Boileau

Le bilan pourrait encore s’alourdir automotive les deux roquettes sont tombées sur la gare de Kramatorsk en pleine matinée, alors que de nombreuses personnes s’étaient déjà rassemblées à l’intérieur et aux abords de cette gare dans l’espoir de prendre un practice prévu dans quelques heures pour évacuer la ville.

Cela fait plusieurs jours déjà qu’on observe cette affluence : des femmes et des enfants surtout dans la gare de cette ville du Donbass qui est située aujourd’hui à environ 60 km au sud du entrance et dont les forces russes se rapprochent petit à petit.

Dans la ville actuellement, c’est la panique, nous disait un habitant il y a quelques minutes ; chacun cherche un moyen d’évacuer par la route maintenant, mais il n’y a quasiment plus d’essence dans les stations-service, il faut plusieurs heures d’attente pour quelques litres. Et puis les routes vers l’Ouest, vers Dnipro notamment, la grande ville de l’Ouest, sont extrêmement embouteillées.

Des embouteillages monstres

On voit des bus avec des panneaux d’évacuation, quelques tracteurs que les agriculteurs veulent mettre en sécurité et surtout des voitures individuelles très chargées qui ont pour beaucoup une petite feuille blanche scotchée sur le pare-brise signalant la présence d’enfants dans le véhicule.

On observe aussi le passage de nombreux véhicules de transport de troupes en path de Kramatorsk, alors que c’est plutôt fluide dans l’autre sens ; il y a quatre heures de route normalement entre ces deux villes, il faut compter au moins le double actuellement et cette ruée vers l’Ouest devrait bien sûr s’accentuer dans les heures qui viennent après ces bombardements sur le centre-ville de Kramatorsk.

 

© RFI

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.