Science & Tech

[EN DIRECT] La guerre en Ukraine au cœur du forum de Davos

Publié le : Modifié le :

Au 89e jour de l’invasion russe en Ukraine, ce lundi 23 mai, suivez en direct les dernières informations sur le conflit.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d’accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d’accueil.


Les points essentiels :

► La guerre et les risques qu’elle fait peser sur la reprise de l’économie mondiale seront au cœur d’une réunion des élites de la planète, qui se retrouvent à partir de ce lundi à Davos.

► La loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine ont été prolongées de trois mois, jusqu’au 23 août.

► Le président polonais, Andrzej Duda, a déclaré, dimanche à Kiev, qu’il était déterminé à faire tout son possible pour aider l’Ukraine à devenir membre de l’Union européenne.

► L’Ukraine n’acceptera pas de cessez-le-feu avec la Russie et n’acceptera aucun accord avec Moscou impliquant une cession de territoire, affirme un proche de Volodymyr Zelensky. De son côté, la Russie se dit prête à relancer les pourparlers.

► Les combats s’intensifient dans le Donbass, à l’est de l’Ukraine, le ministre de la Défense russe affirmant que la conquête de la région de Louhansk était presque achevée. Dans cette région, Sievierodonetsk et Lyssytchansk, désormais encerclées par les forces russes, constituent la dernière poche de résistance ukrainienne. 


Les horaires sont donnés en temps universel (TU), cliquez ici pour rafraîchir

04h10 : Volodymyr Zelensky attendu à Davos

Le président ukrainien poursuit sa tournée de visioconférence auprès des dirigeants du monde. Volodymyr Zelensky s’exprimera ce lundi devant le Forum économique mondial (WEF), qui se réunit de nouveau à Davos après deux ans de suspension due à la pandémie. Il devrait profiter de cette tribune pour appeler à davantage d’aides, financières et militaires.

04h05 : Plus de 100 millions de personnes déracinées dans le monde

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a poussé pour la première fois le nombre de personnes déracinées au-dessus de la barre des 100 millions, ont alerté les Nations unies ce lundi. « Le nombre de personnes contraintes de fuir les conflits, la violence, les violations des droits humains et les persécutions a franchi la barre vertigineuse des 100 millions pour la première fois, sous l’effet de la guerre en Ukraine et d’autres conflits meurtriers », écrit le Haut-commissariat aux réfugiés dans un communiqué.

04h00 : Un maire désigné par Moscou blessé dans une explosion

Le maire installé par Moscou d’Energodar, ville du sud de l’Ukraine accueillant la plus grande centrale nucléaire d’Europe, a été blessé dans une explosion dimanche 22 mai, ont annoncé un responsable ukrainien et des agences de presse russes. Andreï Chevtchik a été nommé maire d’Energodar après la prise de contrôle par les troupes russes de cette ville et de la centrale nucléaire de Zaporijjia située sur son territoire. « Nous avons la confirmation précise que lors de l’explosion, Chevtchik, le chef auto-proclamé de “l’administration populaire”, et ses gardes du corps ont été blessés », a annoncé sur Telegram Dmytro Orlov, maire élu d’Energodar. Ce dernier a ajouté qu’ils étaient à l’hôpital « avec des blessures de gravité variable », mais les circonstances de l’explosion restent à éclaircir. Il n’y a pas eu d’autres blessés dans l’explosion, a-t-il ajouté.

Citant une source des services d’urgence, l’agence de presse russe RIA Novosti a précisé que M. Chevtchik se trouve en soins intensifs. L’explosion a été causée par un « engin explosif artisanal », selon l’autre agence russe TASS, citant une source dans les forces de l’ordre.

Ville de près de 50 000 habitants, Energodar a été bâtie dans les années 1970 autour de la centrale nucléaire qui se situe sur du fleuve Dnipr en face de la ville de Zaporijjia, tenue par les Ukrainiens. La centrale a été le lieu d’affrontement dès les premiers jours du conflit, faisant craindre une possible catastrophe nucléaire dans un pays dont l’histoire est marquée par l’explosion d’un réacteur à Tchernobyl en 1986.

© RFI

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.