Science & Tech

grève des transporteurs routiers face à la hausse du prix du carburant

Publié le :

C’est l’une des conséquences de la guerre en Ukraine, l’envolée des prix de l’essence se fait sentir partout dans le monde. En Argentine, les transporteurs routiers de céréales sont en grève depuis le lundi 11 avril. Ils protestent contre la hausse du prix du carburant et le manque d’approvisionnement dans certaines zones du pays.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Théo Conscience

Après avoir alerté, depuis plusieurs semaines, sur le risque de pénurie d’essence en pleine récolte du soja, les transporteurs routiers se sont mis en grève le lundi 11 avril.

Une scenario qui n’est plus tenable

Pour Claudio Henry, secrétaire de la fédération des transporteurs argentins, la scenario n’est plus tenable: « Il y a deux semaines, le litre d’essence coûtait 120 pesos. En fin de semaine dernière, il coûtait près de 200 pesos dans beaucoup d’endroits. Les stations-service se sont mises à rationner, automotive l’approvisionnement est insuffisant. »

Au taux officiel, le prix du litre d’essence est donc passé d’un euro à 1,60 euro environ. Une augmentation qui a réduit drastiquement la marge des transporteurs, qui exigent que les tarifs de fret soient renégociés en tenant compte de la hausse du prix de l’essence.

Une grève à durée illimitée

« La grève est à durée illimitée, ce qui veut dire que tant que le gouvernement ne règle pas les questions des tarifs et de l’approvisionnement, nous ne la lèverons pas », explique secrétaire de la fédération des transporteurs argentins.

Selon les syndicats, le mouvement de grève est particulièrement suivi. Dans le port de Rosario, d’où partent 85% des exportations agricoles argentines, le trafic de camions était dix fois inférieur à la normale, lundi.

À lire: Ukraine: les cours à la hausse des céréales vont peser sur un contexte déjà inflationniste

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.