Science & Tech

Le Qatar restera-t-il l’Eldorado du foot après le Mondial 2022?

Publié le :

Depuis une décennie, le Qatar a attiré des acteurs majeurs du foot en vue du Mondial 2022. Joueurs et entraîneurs se sont succédé dans les golf equipment pour faire évoluer le championnat nationwide. Aujourd’hui, on s’interroge sur l’après-Mondial et la place du foot. Cette diplomatie du tender energy sera-t-elle toujours utilisée ?

« Le Qatar est un pays très joli, moins joli en ce second, automobile il y a beaucoup de gros chantiers et de travaux d’aménagements. C’est un pays très ouvert, un peu moins que Dubaï, mais tout de même ouvert. Il n’y a pas autant de restrictions que l’on pourrait croire », raconte à RFI le Brésilien Rafael Ramazotti, qui évolue en seconde division au Muaither SC.

La péninsule a commencé à attirer davantage de joueurs et d’entraîneurs étrangers renommés au second où la Fifa, en décembre 2010, à la shock générale, attribuait le Mondial 2022 à ce petit émirat du Moyen-Orient, producteur de gaz et de pétrole, peuplé d’environ 2 500 000 habitants sur une superficie de 11 500 kilomètres carrés, soit un peu plus que la Corse. Depuis, ils sont des dizaines de joueurs à avoir coché la vacation spot de cette péninsule arabique, connue pour ses gratte-ciel futuristes, et ses contrats juteux.

Gros salaire et vie dorée

« Dans mon membership, il y a un ancien joueur de Liverpool, un de l’Olympique de Marseille, un autre venu de MLS (États-Unis) et un worldwide ghanéen, témoigne Rafael Ramazotti. Après Gibraltar, j’avais la possibilité de signer à Dubaï ou au Qatar. Le contrat était plus intéressant financièrement avec le Qatar ».

Récemment, l’worldwide colombien James Rodriguez a tiré un trait sur sa carrière en Europe à l’âge de 30 ans. Il avait posé ses valises en septembre 2020 à Everton en Angleterre après six années au Actual Madrid. Encore une fois, le Qatar s’offre une nouvelle recrue de choix pour médiatiser son championnat, méconnu du grand public worldwide.

Doha a aussi attiré d’anciennes gloires sur les bancs des golf equipment qataris. Avant de diriger le FC Barcelone, l’ex-international catalan Xavi, a joué puis entraîné au Qatar. Autres Espagnols, Pep Guardiola, qui avait rejoint Al Ahli Doha de 2003 à 2005 ou encore Raul, du Actual Madrid, qui avait signé chez Al Sadd en 2012.

Laurent Blanc, âgé de 56 ans, champion du monde en 1998 et champion d’Europe en 2000 avec l’équipe de France en tant que joueur, a vécu sa première expérience d’entraîneur à l’étranger au Qatar après être passé par le Paris Saint-Germain. Celui qui comptait dans ses rangs le champion du monde français Steven Nzonzi, ancien milieu de terrain du Stade Rennais, James Rodriguez ou encore l’Algérien Yacine Brahimi, a été limogé par Al Rayyan en février dernier pour manque de résultats, malgré un recrutement coûteux.

Réussir à normaliser l’picture du pays

« La place du soccer a longtemps agité le cercle du pouvoir au Qatar. La branche plus traditionaliste ne voulait pas de la Coupe du monde au risque de s’attirer des ennuis. Aujourd’hui, si le Qatar arrive à gérer sans trop de polémiques son Mondial, les dirigeants vont réussir à normaliser l’picture du pays. L’intérêt du Qatar est de continuer son tender energy à travers le sport et surtout le soccer », explique à RFI Akram Belkaïd, journaliste au Monde diplomatique. Il faut dire que des ONG comme Human Proper Watch ou encore Amnesty worldwide critiquent fortement les Droits de l’homme au Qatar depuis que les travaux du Mondial ont débuté.

Souvenons-nous, en 2017, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte avaient imposé un embargo économique et diplomatique au Qatar, jugé notamment trop proche de l’Iran. « Au second de cet embargo, des voix occidentales sont venues défendre le Qatar. Cela grâce au tender energy des Qatariens », précise Akram Belkaïd, indiquant que l’achat du Paris Saint-Germain reste « une belle vitrine pour le Qatar ». Il ajoute : « Dans les salons du Parc des princes, on reçoit des gens très influents. Ce n’est pas que du bling-bling. Le PSG est un bel outil de relations publiques pour le pouvoir qatarien ». À l’picture de Manchester Metropolis qui appartient aux Émirats arabes unis depuis 2008. Mais qu’en est-il sur place ?

Ascenseur social pour les fils d’immigrés ?

En 2018-2019, le Français Christian Gourcuff était revenu quinze ans après avoir entraîné au Qatar. « Il n’y a personne au stade. Sauf quand c’est l’équipe nationale. Mais en championnat, c’est ridicule. Nous, on jouait devant 30 personnes. Les matches sont télévisés, les gens restent chez eux à trigger de la chaleur », expliquait-il à SO FOOT. « Après la Coupe du monde, qui est une vaste opération de communication pour le Qatar, je me demande à quoi tout ça va aboutir. C’est artificiel… Je ne vois pas de views », déclarait également Christian Gourcuff.

« C’est vrai qu’ici, on ne trouve pas comme au Brésil de joueurs locaux qui ont besoin du foot pour s’en sortir comme ce fut mon cas. On ne trouve pas de gens qui ont faim et qui se sauvent avec le foot. Mais le niveau du championnat est intéressant », avance Rafael Ramazotti, joint par notre collègue de la rédaction lusophone Marco Martins.

Au Qatar, beaucoup de fils d’immigrés espèrent un passeport qatarien en réussissant dans le foot. C’est une des motivations de ces jeunes joueurs qui savent qu’ils obtiendront les privilèges de la société qatarienne en étant naturalisé. Environ 80 % des habitants du Qatar sont étrangers. Les milliers de travailleurs migrants, principalement employés de maison ou sur les chantiers, sont loin de disposer des mêmes avantages que les Qatariens. Les naturalisations dans les pays arabes du Golfe sont rarissimes. Le chemin vers la citoyenneté est très lengthy.

« La sauce n’arrive pas à prendre et la jeunesse qatarienne ne s’est pas mise à jouer au foot. La jeunesse au Qatar n’est pas sportive, ce n’est pas vraiment dans la tradition. Il y a maintenant un problème de santé publique face à la sédentarité des jeunes. Mais le Qatar gardera son championnat, même si ce n’est pas un moteur pour sa jeunesse », estime Akram Belkaïd.

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.