Science & Tech

les manifestants continuent à demander la libération des prisonniers politiques

Publié le :

Au Soudan, les manifestations contre le régime militaire se poursuivent. Une nouvelle est prévu ce samedi après-midi 26 mars à Khartoum. Les partis d’opposition demandent également la libération des détenus politiques. Selon l’opposition, 24 personnalités ont été arrêtées et sont toujours détenues. Parmi elles, Khalid Omer Yousif, secrétaire général du Congrès Soudanais.

Il a été arrêté début février et est toujours incarcéré à la jail de Soba dans la banlieue de Khartoum, en toute illégalité, dénonce Mahdi Rabih, membre de sa formation politique.

« C’est une détention purement politique. Khalil, c’est un des leaders les plus importants de ce mouvement démocratique. C’était l’une des figures qui se sont levées contre tout ce que faisaient les militaires pour arrêter cette procédure de transition démocratique. Et il a eu une responsabilité d’une fee de démantèlement de l’ancien régime de el-Bechir, et c’est pour ça qu’il a été la cible numéro un. »

Pour Madhi Rabih, ces emprisonnements visent à freiner le mouvement anti-coup d’État : « Il y en a une quinzaine maintenant en jail, ce sont tous des leaders de ce mouvement qui a créé d’une façon très efficace beaucoup de pression sur le régime. Et ils veulent les maintenir en jail le plus longtemps doable pour essayer de freiner le mouvement très actif contre le régime qui a été placé après le coup d’État du 25 octobre 2021. »

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.