Science & Tech

Procès de l’assassinat de Sankara : un verdict diversement apprécié

Publié le :

Le verdict du procès des assassins de Thomas Sankara est tombé mercredi 6 avril après 35 années d’attente. L’ancien président burkinabè et 12 de ses collaborateurs ont été tués le 15 octobre 1987. 14 accusés comparaissaient dans cette affaire. Les principaux sont l’ancien président Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando, son chef de la sécurité, jugés par contumace, automobile ils sont en exil en Côte d’Ivoire. Et le général Gilbert Diendéré, ancien chef d’état-major personnel de Blaise Compaoré. Ils ont été condamnés à une peine jail à vie pour attentat à la sûreté de l’État, complicité d’assassinat et assassinat avec préméditation. Ce verdict historique ne fait pas l’unanimité, il a d’ailleurs suscité des tensions dans la salle d’viewers.

Avec notre envoyée spéciale à Ouagadougou, Gaëlle Laleix

« La patrie ou la mort, nous vaincrons », crie-t-on dans la salle d’viewers après l’énoncé du verdict. « Général, nous sommes avec vous », entend-on quelques minutes plus tard. Le verdict du procès donne lieu à bien des interprétations.

Les partisans de Thomas Sankara y voient la fin de l’impunité, une justice burkinabè grandie et une picture internationale restaurée. « C’est une victoire de juger un tel crime en Afrique de l’Ouest, 35 ans après les faits » se réjouit Fidèle Toé, ancien ministre du Travail de Thomas Sankara, qui estime que le Burkina « type grandi de ce procès », même s’il regrette l’absence du « commanditaire de l’affaire. »

A lire : Procès Sankara au Burkina Faso: l’ex-président Blaise Compaoré condamné à la perpétuité

Pierre Ouedraogo, président du comité du Mémorial Thomas Sankara, salue une « grande victoire pour le peuple burkinabè et la consolidation les valeurs démocratiques », qui, espère-t-il, « vont permettre que de tels événements n’arrivent plus jamais » ni que les « armes soient utilisées pour liquider des espoirs nationaux, africains, mondiaux ». Le secrétaire général du comité, Luc Damiba, se dit également « satisfait ». « Le droit a été dit », juge-t-il, estimant que c’est « essential aussi pour l’histoire du pays et de l’Afrique, automobile désormais on peut juger les coups d’Etat. »

Pour d’autres, ce verdict est le clou qui vient enfoncer un peu plus le Burkina dans l’insécurité. « Je voudrais voir le général Diendéré libre, s’indigne Mamadou Bamogo, venu assister à l’viewers. Un militaire aguerri doit être sur le terrain, pas en jail.» Déçu par un verdict « très lourd », il juge que cela « aggrave les choses plutôt que de les faire avancer ».

L’avocat Blaise Compaoré, Maître Pierre-Olivier Sur, dénonce pour sa half l’organisation du procès dans « un chaos politique et juridique » et un « simulacre de justice ». Il évoque la possibilité de poursuivre la bataille judiciaire. « Aujourd’hui, soit on laisse les choses faire, on ne fait rien, on attend que cette décision de justice se fasse oublier, soit on forme un recours et on se retrouve devant les juridictions internationales qui, à tout coup, annuleront ce simulacre de verdict. »

Certains voient aussi dans cette décision de justice la préservation du seul acquis de l’rebellion de 2014, qui a mis un terme au régime de Blaise Compaoré. La démocratie qui a suivi ayant été renversée par un coup d’État en janvier. « Il faut poursuivre sur cette voie, explique Germaine Pitroipa, amie de Thomas Sankara. On veut voir maintenant les procès des assassins du journaliste Norbert Zongo et de l’étudiant Dabo Boukari. »

À relire: Webdocumentaire : qui a fait tuer Sankara ?

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.